MACS - Grand-Hornu

  • velo
  • Unesco
  • Parking voitures
  • Parking bus
    5 places
  • Paiements électroniques acceptés à la billetterie
Avis
4,4/5 (31 Avis Google)
Situé sur le site de l’ancien charbonnage du Grand-Hornu (classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO), le Musée des Arts Contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles (MACS) a ouvert ses portes en 2002. Avec le centre d’innovation et de design (CID), il constitue un des pôles culturels axés vers la pluridisciplinarité des arts.

Outre la constitution d’une collection riche de plus de 450 œuvres, le musée développe un vaste programme d’expositions d’envergure internationale, tantôt monographiques (Tony Oursler, Anish Kapoor, Christian Boltanski, etc.) tantôt thématiques (Sisyphe, Le Jour se lève ; S.F. Art, science & fiction ; Rebel Rebel, Art + Rock, etc.).

Le MACS organise également d’ambitieuses résidences d’artistes conduisant à des productions d’œuvres spécifiques en lien avec un axe important de sa programmation : la mémoire. Ainsi, en 2017, l’artiste américaine LaToya Ruby Frazier a réalisé une large enquête photographique sur l’histoire des mineurs du Grand-Hornu. En 2019, c’est l’artiste néerlandaise Fiona Tan qui investigua les archives de l’utopiste Paul Otlet conservées au Mundaneum.

Par ailleurs, le MACS attache une attention particulière à la médiation culturelle, à la publication d’ouvrages et à l’édition de lithographies.

Info : http://www.mac-s.be
  • Autoroute E19 (Bruxelles-Paris), sortie 25
Réserver en direct

Le Musée des Arts contemporains (MACS) du Grand-Hornu accueille l'exposition audiovisuelle d'Ariane Loze, L'Archipel du moi. Une satire sociétale avec pour enjeu majeur nos modes de consommation et de production énergétiques. 

L'écologie au coeur de l'art contemporain 

Réunissant une dizaine d’oeuvres couvrant une quinzaine d'années, L'Archipel du moi aborde les principaux motifs sociétaux qu’Ariane Loze traite avec un sens caractéristique de la satire :

  • small talks mondains
  • discours managérial
  • voix introspectives
  • traités politiques (Le Prince de Machiavel cité dans L’Archipel du moi).

Pour clore ce parcours rétrospectif, l’artiste s’est inspirée d’un texte, en lien avec le passé industriel du Grand-Hornu : Énergie et équité de Ivan Illich, penseur de l’écologie politique. Un écrit publié en 1973, précurseur de la crise globale que nous connaissons aujourd’hui.

Une nouvelle invitation à questionner la société dans laquelle nous évoluons.

Le Musée des Arts contemporains (MACS) du Grand-Hornu accueille l'exposition narrative d'Orla Barry, Shaved Rapunzel & La Petite Bergère Punk.

Stéréotypes et art contemporain

Inspiré par la tradition des contes oraux qui se déforment au gré des narrations et des époques, le titre de son exposition au MACS, Shaved Rapunzel & La Petite Bergère Punk, renvoie à 2 stéréotypes de la féminité auxquels l'artiste-bergère Orla Barry tord le cou : Raiponce, figure de la femme cloîtrée, et Little Bo-Peep, cliché de la petite bergère surveillant ses agneaux.

Réunissant un ensemble d’oeuvres récentes, le parcours s’ouvre par Spin Spin Scheherazade (2019), installation récemment intégrée à la collection du MACS. Activable sous forme d’une performance, cette oeuvre consiste en une suite de récits qui vous renvoie à divers épisodes de la vie « pastorale » de l’artiste. 

Un rendez-vous culturel et artistique à ne pas manquer.